chirurgie de l'épaule par le chirurgien orthopédiste Christophe Charousset à Paris 8
chirurgie du genou par le chirurgien orthopédiste Christophe Charousset à Paris 8
chirurgie du sport par le chirurgien orthopédiste Christophe Charousset à Paris 8

Les lésions ligamentaires du genou

les-lesions-ligamentaires-du-genou-ioacp.jpg

Entorse grave du genou au sport

Image

IRM du genou: rupture complète du LCA

Image

Mesure d'une laxité du genou avec le GNRB

Genouillère à porter après une entorse du genou

Image

Explications d'une ligamentoplastie du genou durant l'émission TV Allo docteur

Ligamentoplastie du LCA type SAMBBA

Image

Ligamentoplastie du genou avec une technique de reconstruction combinée du LCA et LAL.

Autre Ligamentoplastie dite courte type DT4

Auto rééducation du genou

La rupture du ligament croisé antérieur et ses conséquences

L’entorse grave du genou avec rupture du ligament croisé antérieur a lieu le plus souvent lors d’un traumatisme sportif. Les principaux sports sont le Football, le Rugby, Basket, Ski ......

L’association des médecins de montagne, 300 généralistes répartis dans tout le domaine skiable français, a comptabilisé 143 112 blessés en 2019 : 26% de ces lésions sont des entorses du genou.

 Sommaire:

1/Comment se fait on une entorse au genou ?

2/Comment reconnaître une rupture des ligaments croisés ?

3/Quels sont les bons gestes après une entorse grave du genou ?

4/Quels sont les risques en l'absence de ligament croisé ?

5/Qui et quand doit on opérer ?

6/Quelle ligamentoplastie du genou ?

7/Comment se déroule l'opération chirurgicale ?

8/Quelle est la meilleure rééducation du genou ?

9/Quels sont les résultats de cette ligamentoplastie ?

10/Quels sont les risques ?

 

Comment se fait on une entorse au genou ?

C’est "en se tordant le genou" ou un pivot, c’est-à-dire par un traumatisme indirect du genou, que l’on se rompt le ligament.
Le plus souvent, les patients ressentent un dérobement du genou, une douleur vive et ont un gros genou.

 

Comment reconnaître une rupture des ligaments croisés ?

L’examen clinique suffit le plus souvent pour faire le diagnostic, en particulier le test de "Lachman" est le plus sensible pour dépister une rupture complète du LCA.
L’IRM est un complément indispensable pour confirmer le diagnostic, et surtout pour faire un bilan complet du genou à la recherche notamment de lésions méniscales associées.

Dans certains cas (rupture partielle ou diagnostic difficile) une mesure de la laxité automatisée peut être réalisée sur GNRB.

Quels sont les bons gestes après une entorse grave du genou ?

Une entorse grave du genou avec rupture du ligament croisé antérieu (LCA) entraîne toujours des douleurs et un épenchement intra articulaire ou hématome du genou. Il faut donc immédiatement:

- Appliquer du froid sur le genou (20 mn 5 à 6 fois par jour)

- Rester au repos en surélevant sa jambe (déclive)

- Marcher avec une genouillère adaptée mais le moins possible

- Consulter un spécialiste du genou

- Débuter dès que possible la rééducation

 

Quels sont les risques en l'absence de ligament croisé ?

L’absence de ligament croisé antérieur expose le patient à plusieurs risques :

  • la survenue d’accidents d’instabilité, c’est-à-dire de dérobements du genou suivis de douleurs et d’épanchements. La survenue de ces accidents empêche la pratique du sport, notamment des sports de pivot comme le football.
  • à long terme, en cas de récidive d'entorse le genou peut s’altérer, entrainant des lésions méniscales et cartilagineuses. Il est actuellement prouvé scientifiquement que la rupture du LCA engendre l’arthrose.

 

Qui et quand doit on opérer ?

Il n'y a jamais d'urgence à réaliser une intervention chirurgicale que l'on appelle ligamentoplastie du genou. Il faut attendre en effet que le genou soit indolore, dégonflé, mobile et avec un bon verrouillage du quadriceps.

Si les patients jeunes, sportifs sont des indications validées pour la chirurgie, en revanche pour des patients sédentaires non sportifs et plus âgés l'intervention chirurgicale n'est pas obligatoire.

Il faudra savoir proposer une ligamentoplastie du genou "à la carte", en fonction de la récupération fonctionnelle après rééducation, de la motivation du patient et des lésions associées.

 

Quelle ligamentoplastie du genou ?

Nous réalisons depuis plusieurs années en première intention, une technique combinée en utilisant comme prélèvement autologue les tendons ischio jambiers.

La reconstruction combinée du LCA et du LAL a été décrite par le Dr Bertrand Sonnery Cottet (Santy Lyon). Cette technique permet une reconstruction biologique du LCA en préservant les fibres tibiales du LCA (technique SAMBBA) associée à une reconstruction anatomique du LAL.

Le LAL a été décrit récemment comme un ligament permettant de contrôler l’accélération de rotation du tibia ou le pivot.

Le Dr Betrand Sonney Cottet a prouvé dans ses publications que cette technique combinée permettait un meilleur retour au sport avec moins de risques de rupture itérative que les autres plasties ligamentaires (KJ ou DIDT).

Nous injectons systématiquement du PRP en fin d’intervention dans la plastie pour permettre une accélération de la ligamentisation.

 

Comment se déroule l'opération chirurgicale ?

Cette chirurgie est réalisée systématiquement en ambulatoire et le patient sort avec un appui complet sans attelle, sous couvert de 2 béquilles pour 3 à 4 semaines.

 

Quelle est la meilleure rééducation du genou ?

La meilleure rééducation doit comprendre une triangulation indispensable à la bonne convalescence, comprenant: kiné, chirurgien et auto rééducation.

Elle comporte 4 phases:

 1ère phase (J1-J8) : « Post opératoire immédiate : contrôle de la douleur et de l’inflammation »

2e phase (J8-J42) : « Rééducation du genou »

3è phase (J42-J90): « Rééducation du genou et réhabilitation sportive ».

4e phase (J90-J180) : « Réathlétisation »

 

Quels sont les résultats de cette ligamentoplastie ?

 Les résultats sont très bons avec 70% de patients (50 à 60% pour les autres ligamentoplasties du genou) qui peuvent reprendre leur sport dans des délais variables mais en moyenne il faut compter 12 mois. Les sportifs professionnels reprennent leur sport au même niveau dans 85,7% des cas avec un délai moyen de 8 mois (publication de B. Sonney-Cottet dans la revue Arthroscopy en mars 2019.

Quels sont les risques ?

Les risques classiques: hématome, désunion cicatricielle, raideur de genou sont très rares.

Il existe des risques de méniscectomie secondaires ou de rupture itérative de la plastie (10%).

Les risques d'infection nosocomiales ou vasculo nerveuses sont exceptionnelles.